Géopolitique, Territoires, Sécurité et Défense

La coopération transfrontalière : Perpignan-Barcelone / Strasbourg-Kehl


« L’Europe est divisée en 27 Etats-membres et 271 régions. Le territoire européen est donc tailladé et morcelé par autant de frontières administratives qui définissent différents systèmes politiques et juridiques » . Marie-Thérèse Sanchez-Schmid, députée-européen du Languedoc-Roussillon

La fin de « l’effet frontière » ?

En Europe, les Régions constituées de zones frontalières représentent environ 37,5% de la population européenne. Originaire de la frontière franco-espagnole, cette question m’intéresse au plus haut point. En effet, j’ai toujours bénéficié de l’ouverture des frontières entre la France et l’Espagne; ce qui explique mon attachement profond pour la culture catalane. Par ailleurs, le fait d’avoir toujours été en contact avec la culture du pays voisin a vite suscité en moi une prise de conscience de mon appartenance à une communauté européenne.

Faisons d’abord le point sur ce qu’est la coopération transfrontalière. Dans l’article 2 de la Convention de Madrid il est précisé qu' »est considérée comme coopération transfrontalière […] toute concertation visant à renforcer et à développer les rapports de voisinage entre collectivités ou autorités territoriales relevant de deux ou plusieurs Parties contractantes, ainsi que la conclusion des accords et des arrangements utiles à cette fin. »

Par ailleurs, depuis l’ouverture des frontières dans l’UE, les échanges ont été fortement favorisés : ce sont des hommes, des marchandises, des capitaux qui circulent librement dans l’Union européenne. Cependant, rappelons que l’espace Schengen est un espace comprenant certain pays, mais n’incluant pas d’autres Etats à l’instar du Royaume-Uni.

Depuis l’ouverture des frontières, les occasions de contact avec la culture du pays voisins n’ont cessé d’augmenter et il apparaît assez évident que l’effet frontière tend à s’effacer.

Deux cas de coopération transfrontalière : Perpignan-Barcelone / Strasbourg-Kehl

Afin d’illustrer la notion de coopération transfrontalière, j’ai choisi de me concentrer sur deux exemples concrets en matière de coopération transfrontalière. La France et son voisin l’Espagne ; la France et son voisin l’Allemagne. Même si l’on pourrait également s’intéresser de près à d’autres formes de coopérations entre la France et ses pays voisins (Belgique et Suisse notamment).

Pour ce qui est de la coopération entre les deux capitales catalanes (Perpignan-Barcelone), plusieurs projets sont à l’origine d’un renforcement des relations : le projet de création d’une ligne TGV Barcelone – Perpignan (prévu pour Juillet 2013) ou encore la création d’un hôpital situé à Puigcerdá (à la frontière franco-espagnole).

Dans la même perspective, la coopération franco-allemande, est très développée pour des raisons historiques au départ (le couple franco-allemand étant le moteur de la construction européenne), puis ensuite économiques, politiques, sociales … Citons quelques exemple à ce sujet-là : la chaîne de télévision «Arte», le manuel d’histoire franco-allemand, le lycée franco-allemand de Fribourg (Bade-Wurtemberg).

La Coopération Territoriale Européenne

La Coopération Territoriale Européenne est devenue en 2007 le troisième objectif de la politique de cohésion. Avec un budget de 8,5 milliards d’euros pour 2007-2013, il ne représente que 2.5% du budget de la politique régionale. « Sans les effacer ni remettre en cause leur légitimité, la coopération territoriale, avec 8,5 milliards d’euros, tend à atténuer l’impact négatif des frontières dans le quotidien de nos citoyens afin de transformer ces frontières « fractures » en frontières « coutures » »a déclaré Marie-Thérèse Sanchez-Schmid suite à l’adoption de son rapport sur l’Objectif 3: un défi pour la coopération territoriale – le futur agenda de la coopération transfrontalière, transnationale et interrégionale. 

De fait, la coopération transfrontalière est non seulement source de valeur ajoutée mais est aussi un gain de compétitivité pour les pays européens transfrontaliers. Cependant, le budget consacré à la politique régionale de l’Union Européenne, en comparaison avec son budget total, demeure faible voire complètement insuffisant au regard d’autres domaines d’engagement.

Ainsi, même si la coopération transfrontalière a beaucoup progressé en Europe, elle demeure un processus long et inachevé. De nombreux obstacles l’empêche d’être efficiente : la grande variété des systèmes administratifs nationaux ainsi que le problème de la personnalité juridique propre à chacun des pays malgré l’émergence d’un droit communautaire.

Enfin, la coopération transfrontalière permet de renforcer notre sentiment d’appartenance à une communauté politique européenne. Cela ne vous étonnera pas de constater que globalement, les gens habitants aux frontières, sont plus à même de se sentir citoyens européens, partageant ensemble une identité européenne !

Pauline Armandet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s