États/États-membres/Dossiers/L'Europe à la carte/Présidence Chypriote

4/7. Regard sur les priorités de la Présidence chypriote du Conseil de l’UE

Depuis le 1er juillet 2012 et jusqu’au 31 décembre 2012, Chypre exercera la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Cette présidence succède à la présidence danoise et précède celle de l’Irlande. Cet article propose d’évaluer les quatre grandes priorités de la Présidence chypriote.

Chypre œuvrera principalement en faveur d’une « meilleure Europe » : pour une Europe plus efficace et durable;  une Europe dotée d’une économie plus performante fondée sur la croissance; une Europe plus pertinente aux yeux de ses citoyens, avec solidarité et cohésion sociale ainsi qu’une Europe dans le monde, plus proche de ses voisins. Ainsi, l’objectif de cette présidence sera de revoir de fond en comble les aspects (économiques, culturels, sociaux, politiques) de l’Union européenne. 

Le gouvernement chypriote aura pour but de remettre l’Union européenne sur le devant de la scène internationale. En effet, la crise économique dans la zone euro a intensifié les critiques à son l’égard et l’on assiste par exemple à une perte de confiance des citoyens envers l’Union européenne. Néanmoins, les dernières mesures du Conseil européen des 28 et 29 juin sont encourageantes pour l’avenir de l’Union européenne et il est dans l’intérêt de Chypre de poursuivre dans ce sens-là. Développons à présent les quatre grandes priorités de la Présidence chypriote.

1. Une Europe plus efficace et durable

D’emblée, Chypre énonce sa première priorité en faveur d’une Europe plus efficace et durable afin de faire face « à l’incertitude et à l’instabilité engendrées par la crise ».

Tout d’abord, le gouvernement chypriote négociera le futur « cadre financier pluriannuel pour la période 2014-2020″, autrement dit du budget de l’Union européenne. A ce sujet, Eleni Theocharous, députée européenne du PPE, rappelle l’importance de la place du budget dans l’agenda de l’UE : « Ce n’est certes pas une tâche aisée mais le budget sera le grand pari de la Présidence chypriote pour devenir un élément européen moteur ».

Ensuite, il s’agira de négocier le cadre législatif de l’Union européenne. Cela implique la mise en oeuvre de politiques européennes plus efficaces à l’instar de la politique agricole commune (PAC), de la politique de cohésion ou encore de la politique de recherche et d’innovation (2020).

Chypre œuvrera enfin en faveur d’une Europe plus soucieuse de son environnement. Dans son programme, la thématique de l’environnement est fréquemment abordée : cela passera par l’élaboration de politiques énergétiques plus efficaces, par un travail renforcé sur les réseaux trans-européens de transport, de télécommunication et d’énergie et enfin par un suivi du Sommet Rio +20.

2. Une Europe dotée d’une économie plus performante, fondée sur la croissance

Sous l’égide de sa deuxième priorité, le programme souligne que Chypre s’engagera, « à travailler sur le nouveau cadre renforcé de la gouvernance économique et à intensifier la surveillance budgétaire, afin de garantir la stabilité fiscale » ainsi qu’à mettre en œuvre la stratégie Europe 2020.

Et d’ajouter : « le renforcement du cadre réglementaire des services financiers par la mise en œuvre de mesures pour une plus grande transparence du marché, une protection accrue des consommateurs et des investisseurs ainsi qu’une gestion plus efficace des crises financières est tout aussi important ». 

Enfin, un accent particulier sera mis sur les mesures d’aide aux PME ainsi que sur la mise en place d’un marché unique numérique.

3. Une Europe plus pertinente aux yeux de ses citoyens, avec solidarité et cohésion sociale

A travers sa troisième priorité, le gouvernement chypriote veut une Europe plus sociale donc plus proche de ses citoyens. Sur la base du principe de « solidarité », Chypre veut garantir un avenir meilleur aux nouvelles générations en promouvant le principe de « la cohésion sociale » et en redonnant espoir aux citoyens.

Par exemple, Chypre s’engage à mettre « l’accent sur l’emploi des jeunes » compte tenu de la forte augmentation du taux de chômage de cette catégorie en Europe. Par ailleurs, la question de la solidarité entre les générations sera abordée à travers la promotion d’une « année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations ».

Chypre se concentrera également sur des questions relatives à la santé, à l’éducation et à la culture des nouvelles générations à travers « la promotion d’un mode de vin sain », la «prévention et la lutte contre la pauvreté des enfants » ainsi que « la promotion de l’alphabétisation ».

De surcroît, Chypre envisage de créer un « asile européen commun d’ici 2012 » : une proposition pertinente en raison de la position stratégique de l’île en Europe (située au carrefour des côtes turques et syriennes et pas très éloignée des côtes israéliennes et libanaises.)

Enfin, dans le domaine de la justice, Chypre travaillera sur la question de « la protection des données personnelles », une question sensible qui renforcera le droit des personnes en matière de respect de la vie privée en ligne.

4. Une Europe dans le monde, plus proche de ses voisins 

Afin de conserver une dimension internationale, il est dans l’intérêt de l’Union européenne de coopérer avec ses pays voisins. Dans le cadre de la « politique européenne de voisinage », Chypre, située la plus à l’Est de l’Union européenne est incontestablement l’île la mieux placée pour renforcer les liens entre l’UE et les pays de la Méditerranée.

Ainsi, le programme souligne qu »un accent tout particulier sera mis sur la dimension méridionale de la politique européenne de voisinage, en vue de renforcer les relations avec les partenaires méditerranéens, tout en garantissant le pluralisme et une relation à multiples facettes et, par conséquent, de favoriser la multiplication des canaux de communication dans tous les domaines de la société. »

Et d’ajouter : « Le dialogue avec les pays de la région sur le thème des relations commerciales et économiques, ainsi que sur d’autres préoccupations communes telles que la migration, la mobilité et la sécurité, sera encouragé. »

Pour résumer, voici un rappel des quatre grandes priorités de la Présidence chypriote : une Europe plus efficace et durable, une Europe dotée d’une économie plus performante, fondée sur la croissance, une Europe plus pertinente aux yeux de ses citoyens, avec solidarité et cohésion sociale, une Europe dans le monde, plus proche de ses voisins

Ainsi, on l’aura compris, tous les efforts que Chypre s’engage à tenir œuvreront en faveur d’une meilleure Europe. Ce désir, Chypre l’exprime aussi à travers le logo de sa présidence que je vous propose au début de l’article. Le navire – bleu, de la même couleur que le drapeau européen – incarne le caractère insulaire de Chypre.

L’île voyagera pendant six mois au coeur de l’Union européenne, traversant ses mers et ses terres. Sur le logo, on peut également distinguer un oiseau, symbole de liberté : une manière imagée de rappeler les principes et les valeurs de l’Union européenne. 

Pauline Armandet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s