États/États non-membres

L’ultimatum d’Erdogan

2023. C’est la date à laquelle, la Turquie sera membre de l’Union européenne… ou pas. C’est du moins la date mise en avant par Recep Tayyip Erdogan lors de sa dernière visite officielle à Berlin, le 31 octobre dernier.

Le Premier ministre turc  n’a pas choisi cette date au hasard. L’année 2023 coïncidera avec le centenaire de la fondation de la Turquie moderne par Mustafa Kemal Ataturk. Une date hautement symbolique pour les Turcs et pour laquelle le chef du gouvernement espère marquer un grand coup avec ou sans l’Union européenne.

Ouvertes depuis octobre 2005, les négociations ne cessent de patiner, certains pays membres de l’UE – tels la France et l’Allemagne – bloquant volontairement certains chapitres stratégiques comme la libre circulation des biens et travailleurs ou bien encore la politique économique et monétaire sans oublier la politique étrangère, de sécurité et de défense. De son côté, l’Union européenne n’a officiellement pas réagi à l’ultimatum d’Erdogan, cachant mal un embarras certain, comme le souligne d’ailleurs Joost Lagendijk, ancien député européen néerlandais et spécialiste de la Turquie, dans une tribune parue hier dans le « Today’s Zaman », un quotidien turc anglophone. Pour l’ancien élu écologiste, le manque de réaction des autorités européennes montre un certain malaise mais également une certaine prudence, certains se rappelant du processus d’adhésion bâclé de la Roumanie et de la Bulgarie en 2007. 

En posant un ultimatum, Ankara souhaite mettre l’Union européenne au pied du mur en lui forçant la main, tout en montrant son exaspération. Il faut dire que la Turquie a le sentiment d’être menée en bateau depuis de nombreuses années et que l’UE ne semble pas disposée à jouer cartes sur table avec elle. Longtemps optimistes et enthousiastes, les Turcs ont désormais le sentiment d’être floués par une Europe qui ne veut finalement pas d’elle mais qui n’a pas le courage de lui dire clairement. Depuis 2005, en effet, toutes les excuses semblent bonnes pour ralentir au maximum le processus d’adhésion, certains pays évoquant au tour à tour, la question chypriote, les droits de l’Homme sans oublier la lancinante question des frontières… autant d’attitudes et de comportements qui ont fini par convaincre les autorités turques du manque de volonté de l’UE et de ses pays membres quant à la poursuite et surtout la finalité d’un processus dont certains espèrent discrètement qu’il prendra fin dans quelques années, Ankara claquant la porte des négociations de préférence.

Néanmoins, en mettant une échéance, la Turquie espère relancer le processus d’adhésion de son pays à l’UE pour l’instant au point mort d’autant plus que le contexte international lui est favorable, en raison de la crise syrienne. Une manière également de placer l’UE et ses Etats-membres face à ses responsabilités et qui sait, arriver à des résultats concrets. Qui plus est, une éventuelle relance avec un échéancier fixe aurait un effet non négligeable sur une Turquie qui semble marquer le pas dans les réformes en cours et dont l’opinion publique semble de moins en moins europhile au fur et à mesure que la perspective de l’adhésion s’éloigne et que les négociations piétinent de plus en plus.

De fait, tout va dépendre de l’UE et de ses Etats-membres et de leur capacité à répondre à l’ultimatum lancé par la Turquie et son Premier ministre. Pour Joost Lagendijk, il s’agit d’une occasion véritable (pour le moment manquée selon lui) de poursuivre les négociations d’adhésion sous de nouvelles bases et en visant de nouveaux objectifs réalistes. Pour la Turquie, il s’agira, en se mettant volontairement la pression et en pressant l’Europe d’agir, de montrer sa volonté de rejoindre l’UE en menant les réformes nécessaires. Ainsi, comme l’exprime si bien l’ex-député européen, l’objectif de 2023 a au moins pour mérite, de fixer un échéancier et d’en finir une bonne fois pour toutes avec une position ambigüe de la part de l’UE, qui ne cesse d’exaspérer la Turquie et qui pourrait donner un nouveau souffle à une situation qui ne cesse de s’enliser et qui ne profite à personne.

Gilles Johnson 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s