Conseil européen/Institutions de l'UE

Désaccords au sommet

Comme on pouvait s’y attendre – et comme on pouvait le craindre – le Conseil européen n’est pas parvenu à s’accorder sur le budget pour la période 2014 – 2020.

Les 27, réunis jeudi et vendredi à Bruxelles, n’arrivent en effet pas à s’accorder sur différents volets tels la Politique agricole commune (PAC), le traitement des fonctionnaires européens ou bien encore l’avenir de la recherche et développement. Autant de positions dans lesquelles, l’intérêt des Etats-membres n’est jamais loin et est même prépondérant, au détriment de l’intérêt de l’UE et des Européens.

En effet, le dernier Conseil européen s’apparentait à un festival d’intérêts et surtout d’égoïsmes nationaux, dans un contexte marqué par une crise de la zone Euro qui n’en finit pas. Point d’orgue, par exemple, de ce moment, l’affrontement entre le Royaume-Uni et la France quant à l’orientation à donner au budget communautaire. Un affrontement feutré entre deux pays, deux visions de l’Union européenne où finalement personne n’en est ressorti vainqueur, chacun jugeant les revendications de l’autre irréalistes et surtout inacceptables. Ainsi, quand David Cameron, le Premier ministre britannique, exige des coupes claires dans le budget tout en gardant son fameux « chèque » tout en fustigeant la PAC si chère à la France, François Hollande, le chef de l’Etat français, lui a fait purement et simplement une fin de non-recevoir, histoire surtout de mieux isoler une Grande-Bretagne qui ne sait plus tellement où elle va et où elle se situe dans l’UE. Face à cela, une Commission européenne qui semble totalement hors-jeu dans la mesure où elle n’a semblé faire aucune proposition majeure alors qu’elle détient le pouvoir d’initiative, laissant le champ-libre aux Etats-membres, au grand désespoir de certains, tel Jean Quatremer qui, sur son blog, critique lourdement l’inaction de José Manuel Barroso, l’actuel président du Collège des commissaires.

Ce n’est pas la première fois que les Etats-membres et les mêmes protagonistes s’opposent sur le budget et pratiquement sur les mêmes sujets. En juin 2005, Tony Blair, premier ministre britannique et Jacques Chirac, président de la République s’affrontaient (déjà) sur le montant de la contribution du Royaume-Uni à l’UE et sur l’avenir de la PAC. Un affrontement qui s’était soldé sur un échec retentissant et sur un nouveau Conseil dans lequel le leader travailliste avait consenti à une réduction de 20% de son rabais et un maintien de la PAC (dans sa configuration actuelle) jusqu’en 2013. Une concession qui fut largement critiqué par les tabloïds britanniques considérants que la Grande-Bretagne avait été bien trop conciliante avec l’Union européenne et la France.

Toujours est-il que cet échec, quoique prévisible, est un mauvais signal envoyé par l’UE et les chefs d’Etat et de gouvernement. Dans un contexte toujours dominé par la crise, et à l’heure où les Etats-membres devraient se serrer les coudes et rassurer les citoyens, le dernier Conseil européen a consacré les intérêts et les égoïsmes nationaux de chacun au lieu et place de dresser une feuille de route, une direction à suivre pour la construction européenne. Cela n’est pas forcément dramatique en soi dans la mesure où les Etats-membres (notamment à travers le Comité des représentants permanents, le COREPER) poursuivront leurs discussions en vue de parvenir à un accord, ne serait-ce qu’à minima. Toutefois, cela en dit long sur le manque d’inspiration et surtout d’ambition de la part de nos chers dirigeants nationaux vis-à-vis de l’Union européenne au moment où celle-ci doit demeurer forte et surtout être en capacité à donner la meilleure image d’elle-même face à des citoyens qui doutent de plus en plus ouvertement de son efficacité et de son utilité.

Comme en 2005, les Chefs d’Etat et de gouvernement ont prévu de se retrouver en début 2013 pour parvenir à un compromis qui sera probablement trouvé, contexte économique international aidant. Reste à savoir comment et surtout à quel prix.

Gilles Johnson 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s