Identité, Culture et Échange

Marseille : capitale européenne de la culture en 2013

Marseille, capitale européenne de la culture1La Une du quotidien La Provence du samedi 1er décembre 2012 porte à elle seule le paradoxe Marseillais. En gros titre on lit « une avocate retrouvée égorgée découverte dans son cabinet » et juste en dessous : « Le premier coup de pub de Marseille 2013 » agrémenté de belles photo de la ville et de sa région. Marseille, capitale européenne de la culture en 2013 a lancé le 5 décembre sa campagne de pub. Il s’agit de faire reluire l’image de la ville autour de ses clichés, et ce, avec humour. Alors que bien des scepticismes, marseillais et français se font toujours ressentir, à moins d’un mois avant le lancement officiel, on peut bien s’interroger : que signifie ce label de « capitale européenne de la culture » ?

Capitale de la culture : un label et projet européen pour rassembler la communauté européenne

Le label « capitale de la culture » est né de l’initiative de Melina Mercouri, Ministre grecque de la culture, qui propose en 1985, dans le cadre du conseil européen, de contribuer au « rapprochement des peuples européens » en désignant chaque année une capitale de la culture parmi les Etats membres de l’UE.

Depuis 1985, plus de 35 villes ont été désignées Capitales européennes de la culture, de Stockholm à Gênes, d’Athènes à Glasgow, de Cracovie à Porto. Au fil des années, cette manifestation a évolué, sans pour autant perdre son objectif premier: mettre en valeur la richesse, la diversité des cultures européennes et leurs traits communs, améliorer la connaissance que les citoyens européens ont les uns des autres, favoriser la prise de conscience de l’appartenance à une même communauté « européenne ».Marseille 3

Depuis 2005, chaque État membre désigne au moins 4 ans à l’avance, la candidature d’une ou plusieurs de ses villes. La Commission fait une proposition, sur la base d’avis exprimés par le Parlement et par un jury de 7 experts du monde culturel désignés par le Parlement (2), la Commission (2), le Conseil de l’Union européenne (2) et le Comité des régions (1).

Entre 1989 et 2000 la durée des événements est variable, et les budgets sont très différents selon la ville : 510 000 écus pour Paris, 30,15 millions pour Lisbonne. Tout dépend en fait de l’implication des acteurs locaux ou nationaux. Paris n’avait par exemple reçue aucune aide de la part du gouvernement français.

Le cas de Marseille : renverser une image de ville portuaire en déliquescence

Marseille, capitale européenne de la culture2En 2008, Marseille est en compétition avec Bordeaux, Lyon et Toulouse, des villes au capital culturel avéré alors que Marseille souvent fustigée pour sa dangerosité, reste encore dans les esprits français et européen une ville portuaire en déliquescence.

C’est justement cette image que le label va essayer de renverser. En effet, depuis Glasgow en 1990, l’idée n’est plus tellement de couronner une capitale déjà avérée, mais plutôt d’encourager un effort de transformation de la ville sur le long terme. Au delà des retombées économiques, la manifestation vise à tisser des liens étroits entre le citoyen et la ville ainsi qu’à favoriser la connaissance que les Européens ont de la ville en question. Pour cela MP2013 fait appel à de nombreux bénévoles, des artistes du monde entier de façon à mettre en valeur les interactions entre les différents acteurs.

A l’issue de cette année européenne, il faudra évaluer la pérennité de la manifestation dans le temps. Les rivalités avec les communes avoisinantes (Aix-en-provence en particulier) et la vieille réputation clientéliste des autorités politiques (par exemple Jean Noël Guérini, président du conseil général), ou encore les retards accumulés dans l’édification de certains projets sont autant d’obstacles que la ville devra surmonter pour véritablement devenir une capitale européenne. Rendez-vous en 2014.

Quelques chiffres :

MP 2013 c’est 450 évènements prévus, 64 expos, l’ouverture de 10 lieux culturels. Attente de 2 millions de visiteurs, 91 millions d’euros investis, 600 millions de retombées économiques prévues à partir du postulat que 1 euro investi en rapporte 6. Favoriser la croissance et l’emploi dans la ville et ses environs, attirer des touristes européens pour donner une nouvelle image à la ville, tel est l’objectif de la manifestation, avec en considération le fait que le secteur culturel représente tout de même 2,5% du PIB de l’UE.

Bony Ska

Publicités

2 réflexions sur “Marseille : capitale européenne de la culture en 2013

  1. Pingback: Marseille : capitale européenne de la culture en 2013 | Au Café de l ... | Association Terres nomades - Projets pédagogiques, artistiques et culturels | Scoop.it

  2. Pingback: Brussels blog round-up for 8 – 14 December: French conservatives implode, Wilders resurgent, and should Europe accept higher inflation? | EUROPP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s