Institutions de l'UE/Parlement européen

La révolte des députés européens : silencieuse et inaperçue ?

deputes-europe-strasbourg-930_scalewidth_630Alors que l’Europe – et d’ailleurs le monde entier – avait les yeux rivés sur le conclave qui a élu Jorge Bergoglio, nouveau Pape de l’Eglise catholique romaine, les députés européens ont adopté une résolution appelant à rejeter le cadre financier pluriannuel. C’est que le budget négocié de haute lutte en février dernier au sein du Conseil européen, a été revu à la baisse pour la première fois dans l’histoire de la construction européenne !

Un Parlement qui s’impose

Soutenu par cinq groupes parlementaires (les socialistes et démocrates, les libéraux, les conservateurs, les écologistes et la gauche radicale), le texte a été massivement adopté par 506 voix contre seulement 161. Bien que ce vote ne soit qu’à moitié surprenant – les députés européens ayant déjà fait part de leur intention de rejeter le budget européen – il n’en demeure pas moins qu’il reste majeur et même historique à plusieurs titres.

Souvent considéré comme faible et manquant de courage politique, le Parlement européen a voulu non seulement réaffirmer sa volonté de ne pas adopter le cadre pluriannuel en l’état mais également sa volonté d’être davantage pris en considération par la Commission européenne et le Conseil européen. En clair, le Parlement veut faire respecter ses prérogatives et se faire respecter en tant qu’institution. De fait, via ce vote, l’hémicycle de de Strasbourg cherche à démontrer qu’il est non seulement utile mais aussi le mieux placé pour défendre les intérêts des citoyens européens, à l’heure où nombre de personnes à travers l’Union affichent un scepticisme de plus en plus grand, de plus en plus fort et de plus en plus justifié à l’égard de la construction européenne.

Coup politique à demi réussi ?

Toutefois, il convient de souligner que le vote de défiance des députés européens n’est pas sans-arrière pensée politique. En effet, dans l’optique des élections européennes de juin 2014, le Parlement européen doit, comme on l’a dit, démontrer son utilité. A travers ce vote, les députés européens jouent leur crédibilité vis-à-vis des électeurs. Il s’agit d’un véritable coup de communication pour une institution qui souffre d’un déficit d’image encore important alors que ses pouvoirs ne cessent d’être renforcés depuis des années via les traités successifs.

Cette onde de choc qu’a provoqué le vote négatif du Parlement européen n’a cependant eu qu’un très faible écho, surtout en France. La faute sans doute au nouveau Pape François mais aussi et surtout à la faible efficacité de la communication des députés et du Parlement européen comme le souligne assez pertinemment Fabien Cazenave, bloggeur spécialiste des questions européennes. Autrement dit, un vote historique s’est transformé en pétard mouillé : l’information n’a été que très peu diffusée, ne touchant que celles et ceux intéressés de près par le fonctionnement de l’Union européenne.

Que vont faire les chefs d’États ?

On ne peut certes que déplorer cette quasi-absence de communication, mais il n’en demeure pas moins que la position du Parlement européen a été capitale, signe que cette assemblée n’est pas prête à reculer et souhaite être prise au sérieux par les autres institutions de l’UE, Conseil européen en tête. Cela marque le prélude d’un bras de fer entre les députés (qui représentent les citoyens) et les Chefs d’Etat et de gouvernement (qui représentent les États). Ces derniers auront-ils d’autres choix que de revoir leur copie ?

Le signal envoyé est en tout cas bien arrivé à l’oreille d’Angela Merkel, François Hollande, Elio di Rupo, David Cameron et Cie et a été relayé par les quelques 15 000 manifestants qui ont manifesté contre l’austérité à l’appel de la Confédération européenne des syndicats (CES) au Jubelpark (Parc du Cinquantenaire) à Bruxelles ce jeudi après-midi.

Gilles Johnson

Publicités

Une réflexion sur “La révolte des députés européens : silencieuse et inaperçue ?

  1. Pingback: Brussels blog round-up for 16 – 22 March: Crisis in Cyprus, French on the decline, and Václav Klaus for the European Parliament? | EUROPP

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s