États-membres/Idée/Opinion/Identité européenne/Le Citoyen

Arrêtons de stigmatiser les Roms

Manifestation contre les expulsions forcées de Roms. Paris, 6 avril 2013. © Erwan Deverre / Flickr

Manifestation contre les expulsions forcées de Roms. Paris, 6 avril 2013.
© Erwan Deverre / Flickr

Les Français devraient avoir honte du comportement de leur ministre de l’intérieur, Manuel Valls. Ses propos sur les Roms sont blessants et contraires aux valeurs de la France et de l’Union européenne.

La France va mal. Quand elle ne cible pas les banlieues, ou d’une manière plus large et malencontreuse, l’ensemble de la population musulmane, elle s’en prend aux Roms. Un groupe qui a « vocation à rester dans [son] pays et à s’y intégrer, là-bas », selon les propos abondamment commentés du ministre de l’intérieur français, Manuel Valls.  Mardi 24 septembre, le premier flic de France n’a rien trouvé de mieux que de stigmatiser à nouveau ces individus, dont « seule une minorité souhaite réellement s’intégrer » selon lui.

Mais de qui parle-t-on, au juste ? Pourquoi tant de craintes vis-à-vis de ces hommes et femmes, par ailleurs citoyens de l’Union européenne ? Tous les problèmes de la France seraient-ils imputables aux Roms ? Bien sûr que non.

La France, pays des Droits de l’Homme, avec ses 65 millions d’habitants, ne trouve rien de mieux à faire que de pointer du doigt un groupe de… 16 949 personnes. Soit l’équivalent de la population de Dignes-les Bains (Alpes-de-Haute-Provence), 534ème commune française. Nous voilà tombés bien bas.

Loin de nous d’ignorer que certains Roms ne souhaitent réellement pas s’intégrer. Mais combien sont-ils, ces Français abandonnés au bord du chemin par notre société, à refuser eux aussi l’intégration ? Certainement bien plus nombreux.

Quoiqu’il en soit, chercher des boucs émissaires à qui imputer les maux de notre société n’est pas digne de la France, et encore moins d’un dirigeant politique. C’est au contraire la porte ouverte à toutes les dérives, et l’Histoire nous a montré où cela pouvait mener.

Tout citoyen européen digne de ce nom devrait comprendre que ce n’est pas en tapant sur son voisin que l’on va améliorer nos relations avec lui. Visiblement, Manuel Valls ne l’a pas compris, lui qui dans ses propos en a profité pour pointer du doigt la Roumanie et la Bulgarie.

Stratégie électorale douteuse

L’Europe, par la voix de la commissaire européenne à la justice et aux droits fondamentaux, Viviane Reding, a fort heureusement critiqué les propos de Manuel Valls : « Il y a de l’élection dans l’air en France, et à chaque fois qu’on ne veut pas parler de choses importantes, comme le budget ou les dettes, on trouve les Roms », a déclaré la Commissaire, mercredi 25 septembre.

Pour rappel, la libre circulation des citoyens européens est inscrite dans les traités depuis 1958. C’est ce qu’a redit la Commission à la France, déplorant le manque de projets d’insertion : « la Roumanie et la Bulgarie, pays d’origine des Roms se trouvant en France, sont aussi membres de l’Union depuis 2007, ce qui donne à leurs citoyens, fussent-ils issus d’une minorité maltraitée, des droits garantis par les traités. »

Enfin, le premier ministre roumain, Victor Ponta, a rappelé qu’une stratégie d’intégration des Roms doit être trouvée à l’échelle européenne, non pas seulement au niveau français.

Comme le souligne Viviane Reding, cette polémique se déclenche à quelques mois des élections municipales et européennes. En allant jouer sur le terrain identitaire, Manuel Valls semble oublier qu’il est membre du Parti socialiste. M. Valls, quoi de plus efficace qu’un discours stigmatisant et sectaire pour nourrir le vote des extrêmes ? Aux prochaines municipales, Marine le Pen pourra sans doute vous remercier.

Esteban Wendling

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s