Débats/Idée/Opinion

Jean-Claude Juncker v Martin Schulz : premier débat

Martin Schulz (g) & Jean-Claude Juncker (d) lors d'un sommet européen (© European Union 2012 - European Parliament. (Attribution-NonCommercial-NoDerivs Creative Commons license)).

Martin Schulz (g) & Jean-Claude Juncker (d) lors d’un sommet européen (© European Union 2012 – European Parliament. (Attribution-NonCommercial-NoDerivs Creative Commons license)).

Un premier débat a opposé Jean-Claude Juncker, candidat du PPE (centre-droit) et Martin Schulz, candidat du PSE (socialiste), mercredi soir, en français, sur France 24. Les deux hommes qui briguent la succession de José Manuel Barroso, l’actuel président de la Commission européenne, ont présenté leurs positions concernant la crise économique (origines et solutions préconisées), le déficit budgétaire français, l’immigration et la libre circulation, et la politique étrangère européenne. Voici notre résumé. Vous pouvez également visionner le débat sur Youtube.

Pierre-Antoine KLETHI

Origines de la crise et solutions envisageables

Jean-Claude Juncker :

  • « La crise n’est pas derrière nous, mais les politiques mises en place vont permettre d’en sortir. Le pire est derrière nous, une période difficile reste devant nous. »
  • La rigueur résulte des dérapages antérieurs.
  • « Il est évident qu’il y a plusieurs explications à la crise. » Le déficit et la dette excessifs ne sont pas les seules raisons !
  • Il faut une rigueur budgétaire – il n’y a pas d’alternative – et une politique d’investissement.
  • « On peut relancer l’économie autrement que par la dépense publique. » La dépense publique doit devenir plus efficace.
  • Il y avait des niveaux de chômage inacceptables déjà avant la crise à cause de mauvaises politiques dans certains pays.
  • L’UE est une partie de la solution ; « l’UE n’est pas responsable des mauvaises politiques de l’emploi ». L’euro a protégé les Européens ; il n’est pas la source de la crise. Sans la monnaie unique, plusieurs économies de la zone euro seraient beaucoup plus vulnérables aux chocs/tensions externes.

Martin Schulz :

  • « La crise n’est pas terminée. La crise sera terminée quand on aura gagné la lutte contre le chômage des jeunes. »
  • Le Parlement européen a toujours plaidé pour une combinaison entre discipline budgétaire, inévitable, et investissement dans croissance et emploi.
  • « Les PME sont la colonne vertébrale de l’économie. » Beaucoup de petits entrepreneurs ont des idées et peuvent créer de l’emploi immédiatement. Le problème est qu’elles ont trop de difficultés pour accéder au crédit. La BEI (Banque Européenne d’Investissement) peut contribuer à atténuer ce problème.
  • Sortir de l’euro ne crée pas des emplois, contrairement à ce que prétendent les populistes. Je regrette qu’on parle trop de milliards… Pour 95% des citoyens, 1000€, c’est énorme!
  • « Nous sommes tout à fait d’accord qu’il faut réduire la dette. » Mais il faut tenir compte des circonstances et des raisons de l’augmentation de la dette.

Le déficit budgétaire de la France

Jean-Claude Juncker :

  • « La France a déjà bénéficié de deux prolongations » ; il faut voir si les conditions sont remplies pour justifier une troisième. « Il faut respecter les procédures. » La France a besoin de réformes pour relancer la croissance.

Martin Schulz :

  • Je soutiens Manuel Valls, qui a un programme « ambitieux ». Il faut soutenir la France si elle est prête à fournir les efforts nécessaires.

Accords et désaccords sur la politique économique

Martin Schulz : « Je suis content si Jean-Claude Juncker donne raison à mon programme. » Jean-Claude Juncker : il y a quand même des « différences notables » entre nos deux partis.

Martin Schulz a critiqué Jean-Claude Juncker pour avoir vu trop tard (au Conseil) qu’il fallait joindre une politique d’investissements à celle d’un retour à la discipline budgétaire. Jean-Claude Juncker a contesté cette analyse et rappelé que les Etats membres ont décidé, au Conseil Européen, de mettre en place des programmes de relance (200 milliards sur toute l’UE) pour contrebalancer les effets de la crise des subprimes.

Martin Schulz a également souligné que Jean-Claude Juncker était pour les eurobonds dans le passé. Jean-Claude Juncker a répondu qu’il fallait remplir certaines conditions avant de les introduire et que le SPD n’avait pas poussé pour les intégrer dans le programme de la grande coalition.

Immigration et libre circulation

Martin Schulz :

  • « Il faut un système d’immigration légale, un système de protection temporaire pour réfugiés. »
  • Il faut mieux répartir les immigrants entre les 28 Etats membres.
  • Il ne doit pas y avoir de libre circulation pour ceux qui veulent abuser des travailleurs.

Jean-Claude Juncker :

  • L’UE a besoin d’immigration, mais de façon coordonnée et organisée. L’extrême-droite et les populistes de tout genre jouent sur la peur de l’étranger, le rejet de l’autre. L’UE doit rester une terre accueillante.
  • « La libre circulation est un principe de base de l’UE. » Il n’est pas question de la remettre en question. C’est aux Etats membres de s’attaquer correctement aux abus.

Les cinq prochaines années

Jean-Claude Juncker :

  • Avant un éventuel référendum britannique, il faudra débattre sur les questions soulevées.
  • « L’Europe ne doit pas s’occuper de tout. » L’Europe doit être grande sur certains sujets et moins réguler dans d’autres domaines.
  • « Les pays avec des déficits moins élevés ont une croissance plus élevée et un chômage plus bas. » Le PPE (parti populaire européen) a impulsé la bonne direction.
  • « L’Allemagne n’est pas le seul pays contre les eurobonds ! » Il y a des conditions à remplir avant de les introduire ; ce n’est pas une solution miracle.
  • Tout le monde a relancé en 2008-2009, mais les pays avec un endettement moindre s’en sont mieux sorti.

Martin Schulz :

  • La question clé des cinq prochaines années, c’est : comment rééquilibrer l’Europe ? Il faut combiner la discipline budgétaire et les investissements dans la croissance et l’emploi. Il faut introduire le modèle le plus ambitieux en tenant compte des circonstances de chaque pays. Un seul modèle ne marche pas pour tous les pays.
  • Les taux d’intérêts sur la dette ont baissé grâce à la BCE, donc les eurobonds ne sont plus sur l’agenda politique des dirigeants européens…
  • L’exemple allemand montre qu’investir et accepter temporairement un peu plus de dette peut servir à la croissance.
  • Le problème, c’est le cercle vicieux entre dette bancaire et dette souveraine (cf. la situation en Espagne).

Politique étrangère européenne

Martin Schulz :

  • Lady Ashton a souvent été critiquée alors que ce sont souvent les Etats membres qui sont réticents. Les Etats membres doivent trouver plus vite des lignes communes.
  • L’UE a besoin d’une politique cohérente.
  • Je suis d’accord avec Jean-Claude Juncker sur le fait que la France a sauvé l’honneur de l’Europe au Mali et en Centrafrique.
  • Personne ne veut une guerre en Ukraine. L’Ukraine a besoin d’élections et de soutien pour maintenir l’unité du pays.

Jean-Claude Juncker :

  • La France peut être fière de ce qu’elle a fait au Mali et en Centrafrique. Elle a sauvé l’honneur de l’Europe.
  • Le comportement de Vladimir Poutine et de la Russie est inacceptable. « L’UE ne pouvait pas passer ça sous silence. » L’alternative était la guerre. Mais nous ne la voulons pas. Donc il faut suivre la ligne de sanctions graduelles.

La future Commission européenne

Jean-Claude Juncker : « L’UE ne doit pas s’occuper de tout mais doit s’occuper des grands enjeux. » La Commission doit se concentrer prioritairement sur la croissance et l’emploi au cours des cinq prochaines années.

Martin Schulz : La Commission doit « ouvrir les portes », « rendre public qui fait quoi sur quelle base », intégrer les citoyens dans les processus de décision.

Publicités

Une réflexion sur “Jean-Claude Juncker v Martin Schulz : premier débat

  1. Pingback: O outro candidato da direita portuguesa – Aventar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s